Pour la RTS, le producteur Jérôme Boruszewski a animé en Birmanie un atelier radio dans la seule école de journalisme indépendante du pays. Un documentaire passionnant.

Il vit en Birmanie, au cœur d’une dictature. Où il essaie de devenir journaliste. « Les gens doivent savoir. Même si j’ai peur, je vais continuer », confie cet étudiant de l’Institut de journalisme de Birmanie, la seule école qui forme à cette profession de façon indépendante dans le pays. Durant deux semaines, le producteur Jérôme Boruszewski y a animé un atelier radio. Pour Le Labo sur la RTS (Radio Télévision suisse), il livre La liberté malgré tout, un documentaire saisissant sur l’engagement de ces futurs professionnels de l’information.

Confrontés à la censure étatique, ces jeunes qui, de temps à autre, pratiquent l’autocensure, savent qu’ils risquent la prison. Mais ils jugent de leur responsabilité de « combattre les mauvaises pratiques et les mauvaises lois », affirme l’un d’eux d’un ton résolu. Sans oublier la première exigence du métier : « Ne pas se bloquer l’esprit. Le journaliste doit écouter attentivement, intégrer ce qu’on lui dit. » Un bel exemple de courage et de détermination.

Par Coralie Delmur - 12 juin 2019


La liberté malgré tout

En novembre dernier à Rangoon, Jérôme Boruszewski a animé pendant deux semaines un atelier radio à lʹInstitut de journalisme de Birmanie (MJI), la seule école de journalisme indépendante du pays. Avec vingt étudiants au tout début de leur seule année de formation ils ont écrit, imprimé et distribué ensemble un journal culturel de 12 pages, ceci à lʹoccasion du 6e Festival de films de patrimoine Memory!,qui projetait une soixantaine de films sur le thème suivant: "presse et démocratie".

Nouveaux venus, les étudiants nʹavaient jamais écrit un article sur un sujet politique, et nʹavaient jamais touché un micro. Avec lʹaide de Jérôme, ils ont mis en sons certains reportages quʹils avaient préparés pour leur journal. Des reportages qui traitent de thèmes aussi sensibles que la censure au cinéma. Jérôme Boruszewski a laissé une liberté presque entière aux étudiants. La seule limite imposée: ne pas avoir d'ennuis avec la justice, dʹautant que le pouvoir birman restreint la liberté dʹexpression quand les médias sʹattaquent aux "mauvais sujets".

Avec leur fraîcheur, leur audace, quelques peurs aussi, mais beaucoup de motivation, les étudiants et futurs journalistes se sont frottés au bureau de la censure et aux officiels du gouvernement. Ils ont prouvé que, sans grande expérience, et même dans un régime autoritaire, les journalistes jouissent dʹune grande marge de manœuvre. Un documentaire écrit et réalisé par Jérôme Boruszewski, journaliste-correspondant de la RTS dans plusieurs pays.

Merci aux traducteurs : May Thet Zaw, Aindra Su Paing et Khant Myo Aung. Un grand merci aussi aux nombreuses lectrices et lecteurs des traductions à Lausanne et ailleurs. Enregistrements additionnels : Didier Rossat Mixage final : Gérald Wang Une production du LABO, David Collin Crédit photo : Christine Tamalet

Radio Télévision Suisse - 26 mai 2019

Podcast à écouter sur https://www.rts.ch/play/radio/le-labo/audio/la-liberte-malgre-tout?id=10426373