A Phnom Penh, la fête de la musique se célébrera en bleu, blanc, rouge, les couleurs des drapeaux français et cambodgien. Avec le projet « Cambodian Women of Song », la soirée promet un savant mélange entre fête musicale intrinsèquement française et hommage rendu aux musiques cambodgiennes au bistro de l’Institut français du Cambodge (IFC).

Les concerts commenceront dès 19h et se termineront vers 21h, avant de laisser place à une soirée dansante avec DJ jusqu’à la fermeture de l’IFC à 22h. Au programme, sept groupes cambodgiens se relaieront pour des concerts d’un quart d’heure. Si certains, comme Sin Sethakol, le petit fils de Sin Sisamouth, ont déjà un certain aura sur la scène cambodgienne, d’autres sont encore largement méconnus.

« C’est le principe même de cette soirée : promouvoir la nouvelle génération d’artistes cambodgiens, notamment les femmes, tout en rendant hommage à l’héritage musical laissé par l’âge d’or des années 1970, avant le régime khmer rouge » explique Julien Poulson, cocréateur du groupe Cambodian Space Project et coorganisateur de la soirée à l’IFC. Chaque artiste jouera dans des styles différents, allant de la musique traditionnelle khmère au rock psychédélique des années 1970, revisité au goût du jour.

« Cambodian Women of Song » est le dernier projet du groupe Cambodian Space Project, dont l’emblématique chanteuse, Kak Channthy, est décédée à l’âge de 38 ans dans un accident de la route en mars 2018. Le concert du 21 juin sera filmé, avec la volonté de créer, à terme, un film documentaire ainsi qu’un vinyle dédié aux plus belles voix féminines du Cambodge, d’hier et d’aujourd’hui. « C’est un moyen de rendre hommage au renouveau que Kak Channthy a apporté à la musique khmère, tout en allant de l’avant », ajoute Julien Poulson. Le groupe Cambodian Space Project reprendra les guitares vendredi soir sur la scène de l’IFC, l’une de ses premières prestations publiques depuis le décès de la chanteuse. Il s’est depuis transformé en collectif d’artistes pour la promotion des jeunes talents musicaux cambodgiens.

Les portraits des plus belles voix féminines de l’âge d’or cambodgien, comme Ros Serey Sothea, Houy Meas, Pan Ron ou Poev Vannary, seront également suspendus dans la cour de l’IFC.

Le concert est gratuit mais une boite à dons sera installée. L’argent collecté sera reversé à la famille de Kak Channthy, notamment à son fils de 14 ans.

Par François Camps - Lepetitjournal.com - 19 juin 2019