Lors d'un procès express d'une demi-journée à Ho-Chi-Minh-ville, la capitale économique du pays, l'homme et ses deux co-accusés ont été reconnus coupables d'avoir projeté d'organiser une manifestation, avec prise par les armes de bâtiments publics à Hanoï et Ho-Chi-Minh-ville, selon le site officiel VNExpress. Michael Nguyen, père de quatre enfants, était incarcéré depuis près d'un an dans l'attente de ce procès. Il s'était installé aux États-Unis à la fin de la guerre du Vietnam en 1975, fuyant comme des milliers de personnes le gouvernement communiste qui venait de prendre le contrôle du pays. Il avait été arrêté l'été dernier alors qu'il voyageait dans le sud du Vietnam en compagnie de deux militants vietnamiens, qui ont quant à eux été condamnés à huit et dix ans de prison.

En juin 2018, un autre citoyen américain, Will Nguyen avait été arrêté dans le pays pour «atteinte à l'ordre public» après s'être joint à des manifestations contre un projet de loi controversé créant des zones économiques spéciales. Il avait finalement été expulsé vers les Etats-Unis. Le gouvernement vietnamien emprisonne régulièrement des avocats, des militants et des journalistes jugés trop critiques envers le régime et la répression s'est accentuée depuis les législatives de 2016.

Le Figaro avec Agence France Presse - 24 juin 2019