Les jours fériés bouddhistes d’Asanha Bucha et de Khao Phansa (Carême bouddhiste), seront observés demain et mercredi.

Comme il s’agit de fêtes religieuses importantes, la vente d’alcool est interdite par la loi dans tout le pays pendant ces deux jours. Par conséquent, cette interdiction débutera ce soir à minuit et prendra fin mercredi soir à minuit.

La plupart des administrations et services publics seront fermés, y compris le bureau de l’immigration.

Les principales agences bancaires seront fermées, à l’exception de celles situées dans les centres commerciaux.

Les commissariats de la police Royale thaïlandaise et de la police touristique resteront ouverts, ainsi que certains consulats pour assurer leurs fonctions auprès de leurs ressortissants.

La vente d’alcool est interdite partout en Thaïlande, à l’exception des boutiques duty-free des aéroports.

Le 22 janvier 2015, le bureau du Premier ministre avait annoncé que la vente d’alcool était interdite chaque année au cours de cinq jours religieux précis : Makha Bucha, Visakha Bucha, Asanha Bucha, Khao Phansa et Wan Ok Phansa.

En vertu de cette décision, toute infraction est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à six mois d’emprisonnement et/ou d’une amende maximale de 10 000 bahts (environ 286 euros).

Asanha Bucha correspond au jour de pleine lune du huitième mois lunaire. Il commémore le premier sermon du Bouddha à ses cinq premiers disciples après avoir atteint l’illumination il y a plus de 2 500 ans.

Dans le cadre de cette journée, les bouddhistes assistent à des processions aux chandelles nocturnes, appelées « wien tien », dans les temples de tout le pays. Les visiteurs qui le souhaitent peuvent se joindre respectueusement à cette cérémonie.

Le jour du Carême bouddhiste, ou Khao Phansa, marque le début d’une période de trois mois lunaires pendant la saison des pluies au cours desquels les moines sont tenus de rester dans un lieu ou temple particulier afin de pratiquer une méditation profonde.

Malgré ces mesures, la consommation n’est pas interdite. Concrètement, pendant ces deux jours, rien n’empêche de boire de l’alcool acheté avant le début de l’interdiction. Il reste cependant préférable de le faire discrètement et dans un cadre privé.

Par Nicolas - Siam Actu - 15 juillet 2019