Le gouvernement cambodgien a indiqué jeudi 18 juillet qu’il souhaitait interdire une dizaine de professions aux étrangers. Des emplois du secteur informel - comme chauffeur de taxi, rickshaw, tuktuk, livreur, coiffeur, vendeur de rue ou propriétaire de petit commerce - seraient concernés. D’après le quotidien anglophone Khmer Times, les postes de gestion de ressources humaines et d’administration seraient aussi interdits aux étrangers dans les entreprises privées. Le ministère cambodgien du travail prévoit d’adopter en août une directive interdisant aux étrangers d’exercer ces professions.

Plus de 160 000 étrangers travaillent actuellement au Cambodge, dont plus de 100 000 ressortissants chinois. Début juillet, un rapport publié par la la province de Preah Sihanouk révélait que 90% des entreprises de la province sont désormais possédées par des Chinois. Le géant asiatique est régulièrement pointé du doigt pour sa tendance à accompagner ses investissements dans des pays en développement par un afflux de travailleurs chinois, qui prive alors les populations locales des retombées économiques liées à ces investissements.

Lepetitjournal.com - 21 juillet 2019