Le groupe Facebook “Retraités français en Thaïlande” s’adresse, comme son nom l’indique, aux retraités français ou francophones résidents en Thaïlande de manière permanente ou temporaire, mais aussi pour ceux qui envisagent de vivre au pays du sourire pour échanger autour de questions pratiques et juridiques.

Marié depuis 36 ans à une Thaïlandaise et installé en Thaïlande depuis 6 ans pour passer sa retraite, Jean-Louis Guenard a eu l’idée d’ouvrir ce groupe de discussion -et d’information- car il trouvait difficile d’obtenir des réponses à toutes sortes de questions utiles liées à la situation spécifique de retraité français en Thaïlande. Et il a fait le pas après avoir contribué à renseigner un ami, nouveau retraité dans le royaume, qui ne cessait de lui poser des question, se disant qu’il pourrait faire partager à la communauté ses recherches.

“Afin de lui répondre, j’ai dû me livrer à quelques recherches, notamment juridiques. Je me suis aperçu que j’apprenais moi-même beaucoup de choses. Je me suis dit : pourquoi ne pas faire profiter d’autres de mes analyses ? C’est ainsi qu’est née la page “Retraités français en Thaïlande”, et puis je me suis pris au jeu”.

Avec presque 3.700 membres, les statistiques de la page révèlent que le groupe est majoritairement masculin (75%) et que 81% des fans ont plus de 45 ans. Une représentation assez proche des chiffres de l’ambassade de France à Bangkok puisque sur les 13.362 Français inscrits au 31 juillet sur le registre consulaire, 70% sont des hommes contre 30% de femmes. En termes d’âge, l’ambassade enregistre 3.799 (28,43%) Français de plus de 60 ans et 3.817 (28,56%) personnes entre 41 et 59 ans. Pour autant, l’ambassade estime qu’il y aurait entre 30.000 et 40.000 résidents français en Thaïlande.

Fort de son expérience quotidienne avec les membres de son groupe Facebook, mais aussi via ses rencontres régulières au sein de la communauté expatriée de Hua Hin où il vit, Jean-Louis distingue trois catégories de retraités expatriés : “Il y a d’abord le mec célibataire, ici depuis longtemps, ensuite le couple mixte et le couple franco-français. Le couple français qui décide de s’installer en Thaïlande après être venu 2 ou 3 fois en vacances, c’est une nouvelle catégorie de retraités qui n’existait pas avant. Ce sont ceux qui rentrent le plus souvent et le plus vite en France après une mauvaise expérience, surtout pour la femme. La Thaïlande est un pays très codifié, on pardonne plus facilement certains comportements aux touristes qu’aux expatriés. Dans un couple mixte, l’homme apprend de sa compagne thaïlandaise alors que dans un couple français on est plus isolé, surtout quand on vient pour passer sa retraite et non pour travailler.”

Controverses et craintes

Modérateur exclusif, Jean-Louis consacre près de 3 heures par jours pour animer la page avec des fiches informatives qui témoignent de son passé de chargé d'enseignement en Droit des assurances à la Faculté de droit de Poitiers.

“Je prends cette partie très au sérieux. De ma formation de juriste, je sais lire les textes et en ressortir l’idée principale. Je crée de nouveaux articles en fonction des questions que je reçois et je les tiens tous à jours. Après, si je ne faisais que du juridique, ce serait ennuyeux, j’aime bien la polémique, même si parfois cela part en vrille” confie le Français.

Parmi les publications controversées, “Retraité français en Thaïlande.... et mécontent d’y être” ou “Pourquoi les ‘farangs’ préfèrent-ils les femmes d'Isan?” qui ont suscité respectivement 200 et 400 commentaires et “quelques empoignades! Je pars du principe qu’il faut laisser les gens s’exprimer et enlever les insultes quand ça va trop loin ou quand c’est contraire à la loi”, explique Jean-Louis.

Mis à part quelques prises de tête, les questions le plus fréquentes portent sur la délivrance et l’extension de la validité du visa et notamment les exigences financières qui y sont associées, le choix d’une assurance maladie en Thaïlande, les arcanes et pièges de l’achat immobilier. Des thématiques qui participent au mécontentement des Français qui ont décidé de passer leur retraite en Thaïlande.

“Il y a une épée de Damoclès qui flotte au-dessus de la tête de certains retraités : pérennité ou non de la délivrance et de l’acceptation d’un certificat de revenus par le consulat pour l’extension de validité du visa. Le défi principal qui attend les retraités est d’ordre financier. Pour ceux qui ont sécurisé les “fameux” 800.000 bahts sur un compte bancaire en Thaïlande, le problème ne se posera pas, pour les autres si. Il y a également des incertitudes sur l’exigence ou non d’une assurance médicale thaïlandaise, obligation renforcée de déclarations en cas de déplacement temporaire à l’intérieur du pays, perte importante de pouvoir d’achat suite à la hausse importante du baht contre l’euro…” conclut-il.

Par Catherine Vanesse - Lepetitjournal.com - 27 août 2019