La tension s’est accrue dans la Mer Orientale depuis que le navire d’étude géologique chinois Haiyang Dizhi 8, accompagné d’escorteurs chinois, est rentré dans la zone économique exclusive (ZEE) du Vietnam au début de ce mois-ci.

Selon Gregory Poling, directeur du programme Initiative sur la transparence maritime en Asie du Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS) à Washington, la Chine déploie actuellement une stratégie conséquente et à long terme dans le but de contraindre les autres pays riverains à renoncer à leurs droits légitimes en Mer Orientale. Pékin a multiplié les actes provocateurs en mobilisant davantage de navires dans cette zone maritime.

Face aux provocations incessantes de Pékin, Gregory Poling a appelé les pays d’Asie du Sud-Est à exprimer clairement leur position afin de défendre leurs droits légitimes conformément au droit international.

De son côté, le professeur Stein D.Tønnesson, de l’International Peace Research Institute, à Oslo, a estimé que les pays d’Asie du Sud-Est devraient promouvoir le dialogue afin de chercher des solutions adéquates et efficaces pour résoudre les différents en Mer Orientale.

D’après Kavi Chongkittavorn, de l’Institut d’études stratégiques et internationales à l’Université Chulalongkorn de Thaïlande, en tant que président de l’ASEAN en 2020 et membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, mandat 2020-2021, le Vietnam devrait jouer un rôle important dans la promotion du dialogue et de la négociation.

Agence Vietnamienne d'Information - 31 aout 2019