Od Sayavong, 34 ans, a été aperçu pour la dernière fois dans la soirée du 26 août, quittant son domicile à Bangkok. Il devait rejoindre un peu plus tard deux collègues dans un restaurant où il travaillait comme cuisinier, mais n'est jamais arrivé au rendez-vous, ont indiqué la FIDH et l'ONG Lao Movement for Human Rights (LMHR) dans un communiqué commun.

Ce militant des droits de l'Homme a fui le Laos et son régime communiste pour la Thaïlande il y a plusieurs années. Il avait été placé en 2017 sous la «compétence» du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais la Thaïlande n'ayant pas signé la convention de l'ONU en la matière, il attendait d'être envoyé dans un pays tiers.

La situation pour les dissidents «est devenue de plus en plus dangereuse»

Le porte-parole du ministère de la Défense, Kongcheep Tantravanich, a indiqué ne pas être au courant de ce cas, ajoutant que la Thaïlande n'avait pas pour politique de «supprimer les réfugiés politiques» d'autres pays.

Mais, malgré la tenue d'élections législatives en mars dernier, qui ont porté à la tête du gouvernement l'ancien chef de la junte militaire Prayut Chan-O-Cha, la situation pour les dissidents installés dans le royaume «est devenue de plus en plus dangereuse», estime Adilur Rahman Khan, vice-président de la FIDH.

Plusieurs ONG, dont Anmesty international, dénoncent une coopération «inavouable» entre la Thaïlande et ses voisins pour échanger des militants recherchés dans leur pays alors que la tolérance envers l'activisme politique régresse en Asie du Sud-est.

Un blogueur détenu à Hanoï

Fin janvier, Truong Duy Nhat, un blogueur vietnamien de Radio Free Asia avait disparu à Bangkok, où il s'était enfui du Vietnam pour demander le statut de réfugié. Deux mois plus tard, les autorités vietnamiennes ont reconnu qu'il était détenu à Hanoï et les ONG s'interrogent sur les conditions exactes de son enlèvement à Bangkok.

Depuis 2016, cinq des dissidents thaïlandais les plus en vue qui avaient trouvé refuge au Laos ont soudainement disparus du petit pays. En décembre, deux d'entre eux ont été retrouvés dans le Mékong, le corps éviscéré et lesté de ciment.

Le Figaro avec Agence France Presse - 6 septembre 2019