L’objectif de ce livret de 32 pages est d’aider les investisseurs étrangers à mieux comprendre la culture locale et d’éviter ainsi les malentendus qui peuvent parfois – souvent ? – détériorer l’ambiance et les conditions de travail dans une entreprise multiculturelle et de ce fait mettre cette entreprise en difficulté, voire en danger.

Le guide se présente comme une sorte de BD illustrée par le localement célèbre dessinateur Aw Pi Kyeh,et on y trouve des contenus relatifs à la politesse, la manière de s’habiller, les façons de boire et de manger, le langage corporel… Le tout est simple et clair, et assez basique pour ceux qui vivent en Birmanie depuis quelques temps. Le livre évoque aussi l’importance d’écouter et d’apprendre des communautés locales, un point certes nécessaire et important mais également assez amusant quand on sait que très régulièrement ces mêmes communautés se plaignent du manque de respect et de considération de l’ethnie birmane pour leurs coutumes et pratiques.

Si tous ces contenus sont essentiellement des recommandations, l’ouvrage rappelle quand même l’obligation pour les investisseurs de respecter les lois birmanes relatives au travail et à la santé et la sécurité sur le lieu de travail. Les contenus ont été créés à partir des données collectées au travers de groupes de discussion et d’interviews avec des représentants du secteur prives, du gouvernement, des communautés ethniques, des salaries, des ONGs… On peut juste regretter que s’il est demandé aux étrangers de bien tenir compte des us et coutumes des locaux, et cela se comprend et se justifie parfaitement, rien n’est fait dans ce guide pour expliquer à ces mêmes locaux que vouloir développer des entreprises avec des investisseurs étrangers supposent aussi que les locaux s’adaptent aux pratiques et aux besoins de ces étrangers. Difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre…

Dans ses trois premières versions, le guide est disponible en birman, en anglais et en chinois, signe des temps… Des versions japonaise, coréenne et thaïlandaise sont en cours d’élaboration et doivent être publiées d’ici à la fin de l’année. Des livrets seront disponibles dans les bureaux nationaux et régionaux de Dica. Des exemplaires seront également distribués dans certains ministères et le MCRB en vendra pour une somme modique couvrant juste les frais d’impression.

Lepetitjournal.com - 9 septembre 2019