L’occasion pour le public de regarder des œuvres, notamment françaises, dans un pays où une jeune génération de réalisateurs birmans rêve de se faire un nom sur la scène internationale. En août dernier, l’un d’entre eux a fait partie de la sélection officielle du prestigieux festival de Locarno en Suisse - une première pour la Birmanie. Mais reconstruire le cinéma local reste un défi, après plusieurs décennies d’isolement sous la junte militaire.

Par Sarah Bakaloglou - Radio France Internationale - 21 septembre 2019