Plusieurs épreuves de lutte et de tennis de table, où le Vietnam brille habituellement, ne figureront pas au programme des SEA Games 30 aux Philippines. Atteindre la dernière marche du podium du classement par nations s’avère plus qu’incertain.

L’objectif du Vietnam est de terminer à la 3e place du classement par nations des 30es Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est (SEA Games 30) prévus fin 2019 aux Philippines. Il sera toutefois difficile de l’atteindre, comme lors des sept éditions précédentes, car la Thaïlande et le pays hôte ont de fortes chances de finir en tête. Et la concurrence pour la troisième place sera rude entre le Vietnam, la Malaisie, l’Indonésie et Singapour.

Pour figurer dans le Top 3, la délégation sportive vietnamienne compte sur la lutte et le tennis de table, dont la progression au plus haut niveau est constante. Cependant, comme plusieurs disciplines où le Vietnam brille habituellement - du moins sur l’arène régionale -, certaines épreuves de ces deux sports ne figurent pas dans le programme de la compétition.

De nombreux défis à relever

"Cette année, la lutte ne comprendra que 14 épreuves : six dans la catégorie de lutte classique (gréco-romaine), trois de lutte libre féminine et cinq de lutte libre masculine. Il n’y aura pas deux épreuves où nos sportifs ont beaucoup progressé : des moins de 48 kg femmes et de 74 kg hommes en lutte libre", précise Doi Dang Hy, ancien chef de la discipline lutte de Hanoï, actuellement directeur adjoint du Centre d’entraînement et de compétition de Hanoï.

L’absence de ces épreuves, véritables "mines d’or" du pays dans les compétitions d’Asie du Sud-Est, est problématique pour la lutte vietnamienne. De plus, les performances des lutteurs philippins et le fait qu’ils "joueront à domicile" suscitent aussi l’inquiétude.

"Dans l’histoire des SEA Games, les Philippins ont toujours été des adversaires de taille pour les lutteurs vietnamiens. Cette année, ils profiteront au maximum des avantages du pays d’accueil afin de décrocher l’or dans plusieurs catégories", explique Doi Dang Hy.

Selon lui, il est important de choisir consciencieusement le personnel présent à ces jeux. Les experts étrangers et le staff donneront la liste des lutteurs les plus prometteurs. Cela ne sera pas sur la base des performances aux Jeux nationaux 2018 ou aux Championnats nationaux 2019 qu’ils les choisiront. Seuls les lutteurs répondant aux critères de sélection seront retenus.

Situation identique en tennis de table. Les pongistes se mesureront dans quatre épreuves, soit trois de moins que lors des éditions précédentes. Ils sont actuellement en phase de préparation afin d’arriver aux Philippines au meilleur de leur forme.

Les SEA Games 30 se tiendront du 30 novembre au 11 décembre 2019 à Manille, avec 56 disciplines et 530 épreuves en compétition.

La délégation vietnamienne, forte d’environ 800 athlètes, participera à 36 disciplines. Elle vise 65 médailles d’or pour finir parmi les trois premiers pays de la région. Les plus grands espoirs du sport vietnamien se portent sur l’athlétisme, la natation, le tir, la lutte, le football…

Agence Vietnamienne d'Information - 6 octobre 2019