Annoncée au mois d’avril, l’obligation de souscrire à une assurance pour les étrangers de plus de 50 ans titulaires d’un visa long séjour O-A (visa retraite) devrait entrer en application à partir du 31 octobre selon une ordonnance de la police publiée sur le site Web de l’immigration ce mercredi 9 octobre.

Selon cette directive, “l’étranger auquel est accordé un visa Non-Immigrant O-A doit souscrire à une assurance qui couvre la durée du séjour dans le Royaume, offrant une couverture minimale de 40.000 bahts pour les soins ambulatoires et de 400.000 bahts pour l’hospitalisation, via le site http://longstay.tgia.org/.”

Cette mesure a pour but d’alléger le fardeau financier assumé jusqu’ici par les hôpitaux publics qui traitent en urgence des étrangers venus dans le royaume sans assurance ni ressources suffisantes pour s’acquitter des frais hospitaliers. Actuellement, les frais médicaux concernant les étrangers de plus de 50 ans s’élèveraient à 500 millions de bahts par an selon des chiffres officiels. “Les hôpitaux doivent les soigner pour des raisons liées aux droits de l’homme, mais quand nous leur demandons de rembourser, ils ne peuvent pas. Ces coûts deviennent une lourde charge pour le ministère de la Santé publique, nous avons donc poussé pour cette police d’assurance” déclare Sathit Pitutecha vice-ministre de la Santé publique à Reuters.

Cette directive semble annoncer l’obligation de souscrire à une assurance ambulatoire, c’est-à-dire qui couvre les visites chez le médecin et les médicaments.

“Ajouter les soins ambulatoires implique de passer un nouvel examen médical avec des risques d’exclusions pour certaines catégories de personnes, mais surtout cela a un coût sur les primes d’assurances avec une augmentation de l’ordre de 60 à 70%” explique Franck Racine, directeur du cabinet de courtage en assurance Siam Consulting.

Selon la directive, les nouveaux postulants au visa long séjour O-A doivent avoir souscrit une assurance pour entrer dans le royaume. Les personnes déjà titulaires d’un visa O-A devront présenter une assurance lors de l’extension de leur visa à partir du 31 octobre. Les retraités venant de prolonger leur visa avant la date de la mise en application de cette directive bénéficient d’un “sursis” jusqu’à la prochaine extension.

Si la version anglaise du document officiel précise la nécessité d'une assurance locale, il semblerait qu'une assurance étrangére soit bel et bien admise du moment qu'elle ne couvre pas moins que le montant requis.

“Le décret est passé, mais pour le moment il n’y a rien de concret, nous ne connaissons pas encore le champ d’application exacte, nous devrions en savoir plus dans les prochains jours” relativise Franck Racine.

Les premiers intéressés réagissent de diverses manières selon qu’ils sont ou non sur le point de faire une demande de visa O-A ou qu’ils sont plus ou moins habituées des effets d’annonce tonitruants des autorités thaïlandaises qui, la plupart du temps font plus de peur que de mal.

“Les membres retraités du Club Ensemble ont pris l’habitude d’attendre de voir ce que dit l'immigration de Chonburi dont ils dépendent et de ne pas tenir compte des informations communiquées par certains réseaux sociaux qui se précipitent pour partager des informations tronquées ou mal interprétées”, explique Daniel Sztanke, président du Club Ensemble créé à Pattaya en 2006 et qui compte environ 300 membres.

Par Catherine Vanesse - Lepetitjournal.com - 10 octobre 2019