Les autorités thaïlandaises ont refusé de délivrer un visa d’entrée à Mu Sochua, la vice-présidente du parti d’opposition CNRP, pour « raisons de sécurité », après que l’opposante a pris un avion de Kuala Lumpur jusqu'à Bangkok pour préparer le retour au Cambodge de Sam Rainsy le 9 novembre.

Mu Sochua a atterri à l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok dans l’après-midi dimanche 20 octobre, avant que la police de l’immigration ne l’informe que le gouvernement thaïlandais considère que sa présence pouvait « créer des troubles sociaux ou affecter la sécurité ».

La vice-présidente du CNRP a pris un avion pour retourner à Kuala Lumpur dans la soirée. Selon Radio Free Asia, Mu Sochua a indiqué que des négociations étaient en cours pour permettre à Sam Rainsy et à d’autres dirigeants du parti de se rendre en Thaïlande, afin de pouvoir ensuite traverser la frontière cambodgienne.

« Nous devons continuer à nous battre pour les droits de notre peuple, pour la liberté et la démocratie, a déclaré l’opposante. Si nous ne pouvons pas entrer au Cambodge par la terre, nous entrerons par les airs ou par la mer. »

Au moins 30 arrestations ont eu lieu depuis la mi-août, lorsque l’opposant Sam Rainsy a annoncé son retour au Cambodge le 9 novembre pour restaurer la démocratie au Cambodge, après l’arrestation du président du CNRP Kem Sokha en septembre 2017 pour trahison et la dissolution du parti deux mois plus tard. Mu Sochua avait quitté le Cambodge quelques jours après l’arrestation de Kem Sokha, indiquant qu’elle craignait être arrêtée à son tour.

Président par intérim du CNRP, Sam Rainsy vit à Paris depuis 2015. L’opposant, qui détient la nationalité française, fait l’objet de multiples condamnations et plaintes déposées par le gouvernement du premier ministre Hun Sen.

Lepetitjournal.com - 23 octobre 2019