Le comité national thaïlandais sur les substances dangereuses a voté mardi l'interdiction de trois "produits chimiques dangereux", le paraquat, le glyphosate et le chlorpyrifos, souvent présents dans les pesticides ou les insecticides.

L'interdiction, qui entrera en vigueur le 1er décembre, prévoit que ces produits chimiques soient classés "Type 4" au regard de la loi sur les substances dangereuses du royaume, qui a été modifiée cette année et interdit désormais la production, l'importation, l'exportation, le transfert et la possession des produits chimiques listés.

L’interdiction elle-même ne s’applique pas aux produits agricoles, mais plusieurs groupes d’agriculteurs thaïlandais opposés à cette interdiction exigent que la Thaïlande interdise les importations de cultures en provenance de pays où lesdits produits chimiques sont utilisés, y compris les États-Unis.

Le sous-secrétaire du département américain de l'Agriculture, Ted McKinney, a demandé à la Thaïlande de "différer l'action sur le glyphosate" dans une lettre au Premier ministre thaïlandais, Prayuth Chan-O-cha, obtenue et publiée vendredi par les médias locaux.

"Si une interdiction était mise en place, cela aurait de graves conséquences sur les importations thaïlandaises de produits agricoles tels que le soja et le blé", a déclaré M. McKinney dans sa lettre.

Les États-Unis ont exporté pour 593 millions de dollars de soja et 180 millions de dollars de blé vers la Thaïlande en 2018, selon les données du département américain de l'Agriculture (USDA).

Citant une étude de la US Environmental Protection Agency en 2017, Ted McKinney a affirmé que le glyphosate "ne pose aucun risque significatif pour la santé humaine lorsqu'il est utilisé comme autorisé".

Le glyphosate - classé en 2015 comme "probablement cancérogène pour l'homme" par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la Santé - fait également l'objet de milliers de poursuites en justice aux États-Unis, affirmant que son exposition provoquerait le cancer.

L'interdiction par la Thaïlande du glyphosate et des deux autres produits chimiques fait suite à un mouvement similaire au Vietnam cette année, ce qui avait également suscité des réactions de la part du secrétaire américain à l'Agriculture Sonny Perdue et de Bayer AG qui vend l’herbicide Roundup.

Les agriculteurs face à des coûts plus élevés

Même si de nombreux groupes de la société civile thaïlandaise se sont félicités de cette interdiction, celle-ci a également rencontré une forte résistance auprès des groupements d'agriculteurs qui ont déploré le manque de solutions de remplacement peu coûteuses.

Certains d’entre eux ont fait savoir qu'ils feraient appel de cette décision devant les tribunaux et que, si l'entrée en vigueur était effective, ils exigeraient également une interdiction d'importation des produits provenant d'autres pays utilisant les produits chimiques bannis.

"Nous ne nous laisserons pas abuser", a déclaré à Reuters Sukan Sangwanna, secrétaire général de la Fédération de l'Agriculture Sûre.

"Les agriculteurs thaïlandais vont s'effondrer sans ces produits chimiques à cause des coûts plus élevés." Interrogés vendredi sur la lettre américaine, les autorités thaïlandaises ont déclaré qu’elles maintenaient l’interdiction.

"Notre travail consiste à prendre soin de la santé de la population", a déclaré le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul.

"Ce n'est pas juste de nous forcer à prendre ce que nous ne voulons pas", a déclaré Mananya Thaiset, sous-ministre de l'Agriculture.

Lepetitjournal.com avec Reuters - 28 octobre 2019