L’eau du Mékong, dans la province frontalière de Nakhon Phanom au nord-est de la Thaïlande, est d’un splendide bleu vert couleur de jade qui fait le bonheur des touristes amateurs de selfies.

Un phénomène étrange qui donne au fleuve une magnifique apparence, car en temps normal l’eau du Mékong est plutôt brunâtre en raison de la quantité importante de sédiments qu’elle charrie.

Mais en réalité cette couleur constitue un signe de danger, selon un rapport de la presse locale : elle est le signe d’une profondeur trop faible et de l’insuffisance des limons qui donnent d’habitude une couleur brune à l’eau du fleuve.

Un niveau au plus bas depuis un demi siècle

Le niveau d’eau du Mékong atteint à peine un mètre de haut, son niveau le plus bas depuis environ 50 ans, alors que nous sommes qu’au début de la saison sèche.

Depuis que la Chine a construit une cascade de barrages géants sur le Mékong, les sécheresses sont devenues plus fréquentes et plus intenses dans les pays situés en aval.

Des bancs de sable ont émergé au milieu de la rivière dans les districts de Tha Uthen et Muang, certains couvrant une superficie de plusieurs centaines d’hectares s’étendant sur 2 à 3 kilomètres le long de la rivière, affectant le trafic fluvial entre la Thaïlande et le Laos.

Un groupe de défenseurs de l’environnement du Mékong a averti que ce changement de couleur pourrait être le signe précurseur d’une pénurie d’eau plus critique que les années précédentes.

Arthit Phanasoon, président du groupe des écologistes de Nakhon Phanom, a déclaré que le faible niveau d’eau est apparu plus tôt que les années précédentes et a été causé non seulement par des barrages en Chine et au Laos, mais aussi par le réchauffement climatique.

Par Olivier Languepin - thailande-fr.com - 3 décembre 2019