Avril 2020, c’est demain. Où en êtes-vous de votre projet ?

J’ai un peu le vertige quand je réalise qu’il ne reste que 120 jours avant le week-end du 3-5 avril 2020 ! J'ai un compte à rebours dans mon bureau et je le regarde tous les jours. Un peu comme un calendrier de l'avent. La FIA a confirmé la date au calendrier et notre équipe travaille sans relâche. La piste aura une longueur de 5,607 km et 23 virages.

C’est un tracé urbain qui ravira les spectateurs. Il y a eu un peu de panique, bien sûr, lorsque les autorités ont refusé notre premier projet autour du traditionnel et légendaire lac Hoan Kiew situé dans le centre historique de Hanoi. Mais maintenant, nous avons trouvé une autre solution dans la partie ouest de la ville où est placé le complexe sportif national. Le circuit est constitué de 2/3 des routes existantes. Il reste encore beaucoup de chose à faire, mais il n’y a pas de retard.

Justement, que reste-t-il à faire ?

Comme il s’agit d’un circuit urbain, nous travaillons sur deux éléments permanents : le complexe des stands et la piste. Nous finissons les aménagements intérieurs des bâtiments. Pour ce qui est de la piste, nous avons fini la nouvelle portion additionnelle et sommes en train de poser les couches d’asphalte.

Nous nous attendons à ce que tout soit terminé d’ici la fin de l’année. Nous sommes prêts à 80%. Ensuite, nous attaquerons la construction des éléments temporaires : salle de presse, hospitalités, etc… Le défrichage des terrains est en cours et les fondations de la grande tribune va suivre début janvier.

Est-ce un Grand Prix d’État ou les capitaux sont-ils privés ?

Les deux ! À l'origine, l'idée est venue du maire de Hanoi, M. Chung, qui était convaincu que le Vietnam remplissait les conditions pour organiser un évènement de cette envergure. Après cela, nous avons finalisé l'accord avec Liberty Media et trouvé un compromis avec le gouvernement qui est impliqué à 50%.

Le gouvernement et les services publics fournissent les autorisations et la logistique, et nous nous occupons de tout le reste : marketing, billetterie, liaison avec la ville de Hanoi, etc. Cela fonctionne assez bien pour l'instant et les choses ne peuvent évoluer que dans le bon sens.

Combien de spectateurs espérez-vous ?

Notre base de supporters est encore très réduite au Vietnam, mais nous multiplions les initiatives pour faire découvrir le sport. Une grande partie de nos spectateurs viendra de l’étranger, mais il se peut que la population locale soit très curieuse pour la toute première fois que la F1 se rend au Vietnam. C’est très ambitieux, mais nous misons sur 250 000 spectateurs sur 3 jours.

Par J.-Michel Desnoues - Auto Hebdo - 6 décembre 2019