La princesse Norodom Bopha Devi, l'architecte du renouveau du ballet royal cambodgien, est décédée le 18 novembre dernier. Pour Cécile Eap Berg, fondatrice de la galerie Sra'Art, « il est important de rendre hommage à des gens qui se sont battus pour que perdure la tradition cambodgienne ». C’est donc en hommage à cette ambassadrice de l’art cambodgien que la galerie a modifié son programme et commence son cycle « Arts et traditions » par deux expositions simultanées sur le thème « Apsaras et légendes du Cambodge ».

Le rez-de-chaussée de la galerie reçoit le peintre cambodgien Khun Kolkateka. Tout juste sorti du lycée, ce jeune artiste phnompenhois porte un regard critique sur la place du Cambodge dans le monde. Malgré son jeune âge - 18 ans - il montre une grande connaissance des techniques européennes et cambodgiennes et illustres avec beaucoup d’humour et de poésie les légendes et croyances populaires de son pays. Le futur étudiant en architecture sera souvent présent à la galerie pour expliquer son œuvre riche en détails et en récits.

Un portrait de la princesse Buppha Devi invite le visiteur à prendre l’escaler pour se rendre à l’étage. Celui-ci est consacré aux photographies de Arjay Stevens. L’Allemand était un proche de la princesse qui a d’ailleurs préfacé son dernier livre « Reamker, le Ramayana cambodgien ». Le photographe retranscrit dans son travail sur les danseuses du ballet royal sa passion de l’art khmer. Depuis sa première visite du Cambodge en 1996 jusqu’à aujourd’hui, Arjay Stevens met en avant la modernité qui ressort de l’art traditionnel cambodgien, notamment au travers des photos de danseuses exposées.

L’exposition a commencé le 5 décembre et se tiendra jusqu’à la mi-janvier à la galerie Sra Art, sur le boulevard Sothearos à Phnom Penh.

Par Virginie Vallée - Lepetitjournal.com - 8 décembre 2019