S'exprimant lors d'une réunion tenue récemment par le Service pour examiner ses résultats de l'année dernière et dresser des plans pour cette année, le directeur du Service des ressources naturelles et de l'environnement de Hô Chi Minh-Ville, Nguyên Toàn Thang, a déclaré qu'en termes de gestion des déchets solides urbains, la ville mise sur les technologies de recyclage et de combustion.

Ainsi, au lieu des trois catégories que sont déchets organiques, recyclables et autres, les déchets devaient simplement être classés en deux, recyclables et autres, a-t-il déclaré.

Le Service a soumis la proposition au Comité populaire municipal pour approbation et prévoit de présenter le changement au cours de ce premier trimestre.

La ville a fermé cinq décharges pour réduire l'enfouissement des déchets solides.

Elle a également élaboré des plans de développement urbain pour deux d'entre eux, Go Cat dans le district de Binh Tân et Dong Thanh dans celui de Hoc Môn.

Une quinzaine de développeurs ont exprimé leur intérêt pour la construction de parcs ou de logements dans ces deux sites, a déclaré M. Thang.

La ville prend également des mesures pour réduire le volume de déchets enfouis et adopter des technologies avancées de traitement.

L'an dernier, près de 2,88 millions de tonnes de déchets solides ont été traitées. La ville génère 9.500 tonnes de déchets par jour, dont 23 tonnes de déchets médicaux et 350 à 400 tonnes de déchets dangereux. Elle a perçu des droits de protection de l'environnement auprès de 3.505 établissements de production. Les frais dépassent 12,5 milliards de dôngs par trimestre.

On dénombre plus de 1.860 ramasseurs d'ordures privés, soit membres de groupes coopératifs environnementaux soit ayant leur propre entreprise.

Le Service municipal des ressources naturelles et de l'environnement a organisé un certain nombre d'activités pour diffuser auprès du public le message selon lequel les déchets ne devraient pas être jetés sans discernement. Il a également installé plus de 33.600 poubelles dans des lieux publics.

Agence Vietnamienne d'Information - 9 janvier 2020


Cân Tho augmente la capacité de son usine de traitement des eaux usées

La ville de Cân Tho, dans le delta du Mékong, prévoit de doubler la capacité de sa station de collecte et de traitement des eaux usées, en partie financée par la Banque de reconstruction allemande, et considère ce travail comme l'une de ses priorités d'investissement dans les temps à venir, a déclaré mercredi 8 janvier le vice-président permanent du Comité populaire municipal, Dào Anh Dung.

Lors de sa rencontre avec des représentants de la la Banque de reconstruction allemande (KfW) au Vietnam, selon le vice-président du Comité populaire municipal, Cân Tho a conçu un plan de résilience au changement climatique jusqu'en 2030 avec vision pour 2050.

Ces dernières années, la Banque mondiale (BM) a aidé Cân Tho à mettre en œuvre un projet d'adaptation au changement climatique en lui prêtant 250 millions de dollars. Ce projet, qui se concentre principalement sur la prévention des inondations et l'investissement dans les infrastructures de transports, est en cours de mise en œuvre.

Cependant, les travaux d'adaptation au changement climatique couvrent non seulement le règlement des inondations mais également de nombreux autres problèmes, notamment la collecte et le traitement des eaux usées.

La ville prévoit de porter la capacité de sa station de collecte et de traitement des eaux usées à 60.000 m3 par jour pour desservir les arrondissements de Cai Rang et Ninh Kiêu et une partie du district de Binh Thuy.

Cette usine représente un investissement total de 494 milliards de dôngs (plus de 19 millions d’euros), dont plus de 281 milliards de dôngs (près de 10,5 millions d’euros) financés par la KfW.

Certains quartiers de Cân Tho ont également besoin d'installations similaires à l'heure actuelle, a déclaré Dào Anh Dung, ajoutant que la ville accordera une priorité à l’appel aux investissements dans les projets dans ce secteur dans les temps à l'avenir.

Dào Anh Dung a affirmé que Cân Tho accordait une attention particulière aux groupes les plus vulnérables au changement climatique, ainsi qu'aux projets d'infrastructures de transports aptes à stimuler la croissance économique locale.

Lors de la réunion, la représentante en chef de la KfW au Vietnam, Simone Wunsch, a déclaré que le gouvernement allemand accordait la priorité au financement de projets dans les domaines de l'énergie, de la formation professionnelle et de l'environnement - résilience au changement climatique.

Au cours de la session de travail, la KfW a déclaré souhaiter en savoir plus sur les programmes d'investissement que Cân Tho envisage de réaliser afin que les deux parties puissent explorer les directions de coopération.

Agence Vietnamienne d'Information - 9 janvier 2020