Le malade a passé momentanément les rênes de la région au ministre régional de l’Electricité, de l’Energie et de la Construction, U Zarni Aung, qui est donc Premier ministre par intérim depuis le 5 octobre dernier. Depuis, U Zaw Myint Maung se soigne, notamment dans un hôpital de Bangkok, mais « reste capable de s’occuper d’un certain nombre de choses à distance », précise U Myo Nyunt, un porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND, le parti au pouvoir), qui a reconnu que le traitement allait son cours mais que U Zaw Myint Maung devrait encore attendre un peu avant de revenir pleinement aux affaires.

U Zaw Myint Maung a d’ailleurs dû retourner rapidement à Bangkok pour de nouveaux soins après avoir participé fin décembre à une réunion du comité directeur de son parti, dont il est second vice-président, les deux numéros au-dessus de lui étant Daw Aung San Suu Kyi et le président du pays, U Win Myint. De fait, U Zaw Myint Maung est le chef de la LND au quotidien et avec ses 66 ans (à l’époque) il était considéré en mai 2018, lorsque la Birmanie a changé de président, comme un successeur possible de Aung San Suu Kyi à la tête officielle du parti. Il en est en tout cas un homme clef, l’un des stratèges et l’un des dirigeants les plus influents, membre éminent de ce que les politologues birmans appellent « la deuxième génération de dirigeants ».

Peu avant l’annonce officiel de sa maladie, il s’était retrouvé dans le groupe de trois dirigeants de la LND chargés de préparer le parti aux élections générales prévues fin 2020. Selon des observateurs du jeu politique birman, cet homme de réseau est un atout important du parti au pouvoir, notamment par son enracinement et sa capacité à mobiliser les militants. Il avait été élu député lors du scrutin de 1990 que finalement les militaires avaient choisi de ne pas respecter, puis élu de nouveau lors des élections partielles de 2012, aux côtés d’un autre nouvel élu célèbre… Daw Aung San Suu Kyi. Enfin, en 2015, il a gagné le siège de la circonscription d’Amrapura, pas loin de Mandalay, avant d’être désigné comme Premier ministre de cette région.

Selon le Premier ministre par intérim U Zarni Aung, « le parti comme la région reçoivent de nombreux messages de soutien et de souhaits de prompt rétablissement. Cela montre bien qu’il est très apprécié de la population ».

Lepetitjournal.com - 8 janvier 2020