La première édition de 100 questions sur le Cambodge publiée en 2012 a été épuisée en deux ans. Frédéric Amat et Jérôme Morinière ont fait appel à des spécialistes pour aborder des thèmes très variés comme les coutumes et croyances, la jeunesse, les mines antipersonnel, les temples d’Angkor ou les conséquences de la période khmère rouge, autant de sujets qui suscitent des interrogations pour toute personne découvrant le pays. La réédition de l’ouvrage a été l’occasion rédiger un chapitre économique et supprimer la partie consacrée aux droits de l’homme pour désormais évoquer la condition des femmes au Cambodge. Certains sujets ont simplement nécessité une mise à jour quand d’autres ont requis les réponses de nouveaux intervenants.

Toute personne qui se promène dans les rues de Phnom Penh ne peut que constater le chantier à ciel ouvert qu’est cette ville et pourtant, « il existe deux Cambodge, celui de la campagne et celui de la capitale. Peut-être aurions-nous dû faire un chapitre spécial sur Phnom Penh », s’interroge Frédéric Amat. Selon lui, les changements intervenus depuis 2012 sont marginaux en ce qui concerne le mode de vie des Cambodgiens. « Je vis à la campagne où je ne constate aucun changement. Les conditions de vie sont toujours aussi difficiles pour les Cambodgiens. Beaucoup n’ont toujours accès ni à l’eau courante ni à l’électricité ». Son sentiment est partagé par l’anthropologue Fabienne Luco : « en apparence le Cambodge change mais il s’agit d’un vernis. Les croyances et les habitudes sont toujours aussi ancrées » déclarait-elle à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue le 14 janvier à l’institut français du Cambodge.

Les auteurs du livre notent tout de même quelques améliorations, notamment en ce qui concerne les droits de la femme. Chenda Clais-Khay, femme d’affaires aux multiples casquettes, engagée en faveur des droits des femmes se souvient : « iI y a 20 ans quand nous avons monté notre projet hôtelier avec mon époux il nous paraissait logique que je fasse les démarches administratives puisque j’étais celle dans notre couple qui maîtrisait la langue. J’ai reçu un accueil abominable dans les administrations où je devais me rendre ». Elle note aujourd’hui une nette amélioration.

Le livre aborde des problématiques contemporaines telles que le travail des enfants, qui est toujours une réalité au Cambodge et qui fait parti de ces habitudes bien ancrées dans la culture locale contre lesquelles le droit a du mal à prendre le dessus. Le livre de Frédéric Amat et Jérôme Morinière 100 questions sur le Cambodge aux éditions Tuk Tuk - Gope répond à de nombreuses interrogations que peuvent se poser les lecteurs qui veulent faire connaissance avec ce peuple qui se reconstruit.

100 questions sur le Cambodge, de Frédéric Amat et Jérôme Morinière, Tuk Tuk - Gope éditions, 170 p. En vente en France et au Cambodge, notamment à la librairie Carnets d’Asie à 13 dollars.

Par Virginie Vallée - Lepetitjournal.com - 2 février 2020